Dictionary of Renaissance Latin from Prose Sources / Lexique de la prose latine de la Renaissance

René Hoven

The Dictionary of Renaissance Latin from Prose Sources / Lexique de la prose latine de la Renaissance Online is based on the second revised print edition by René Hoven (2006). It records the vocabulary of over 230 Latin prose authors from different regional backgrounds who wrote between c. 1300 and c. 1600, and gives translations in French and English in approximately 11,000 entries. A highly practical lexicon, it provides researchers, teaching staff and students in the field of Early Modern Studies with concise, essential information.

Also available in print.

Purchase Access
Introduction
Abbreviations
Bibliography
Appendices

En français

INTRODUCTION

At the beginning of the introduction of the first edition, we wrote:
"In the course of the last decades the growing interest in Neo-Latin studies - marked in particular by the creation of the International Association for Neo-Latin Studies or Societas internationalis studiis neolatinis prouehendis1 and by the organisation of eight important international congresses since 1971 - has accentuated the glaring lack of adequate tools, particularly the absence of any Neo-Latin dictionary.

The realization of a dictionary covering, both in time and in space, the complete Neo-Latin field would require a very substantial collective undertaking. More modestly, the present Dictionary, fruit of long-drawn-out individual work, is limited, as shows its title, to the prose of the Renaissance, that is to the first - and of capital importance - period of Neo-Latin literature; a valid examination of the poetic vocabulary of the same period would have required, in our opinion, a special approach, more delicate, that we did not undertake... but which might attract other researchers.

Admittedly, in accordance with the very principle of the Humanism of the Renaissance, which rejects medieval Latin as "barbarian" and intends to return to the models of antiquity,2 the largest part of the vocabulary used by the Latin authors of the Renaissance - and more generally, by the Neo-Latin authors - appears in the traditional Latin dictionaries. It is important to consult these in the first place. However, all readers of Neo-Latin texts know that many times such a consultation is done in vain, because for different reasons the Neo-Latin authors used numerous terms unknown to the Latin of antiquity too, as well as old words provided with a new sense.

If one wants to avoid swelling it in a way that is not very useful, one should therefore conceive any dictionary relating to Neo-Latin not as a complete work in itself, but as a supplement to dictionaries that concern antiquity. For reasons of clarity and above all of the convenience of the users, we for our part considered it preferable to take as basis one of these dictionaries. Since we wanted to compile a Latin-French dictionary that meets with the scientific demands while remaining easy to use, our choice has naturally fallen upon a work that, for the Latin of antiquity, meets to a very large extent the same requirements and that in addition offers the advantage of a very wide dissemination: the Dictionnaire latin-français of F. Gaffot."

These lines, written more than ten years ago, still retain all their relevance today. Our Dictionary remains, to our knowledge, the only printed dictionary devoted specifically to the Latin of the Renaissance. However, let us bring to the reader’s attention the website that J. Ramminger has created some time ago entitled Neulateinische Wortliste 1300-1700 (http://www.neulatein.de/); it covers not only the same field as our Dictionary, but also the 17th century, and concerns both poetry and prose; at present it has about five thousand entries and it increases steadily. Unfortunately we have discovered this site too late to be able to take it into account in the present edition.
The generally very favourable reception accorded to our edition of 1994 and the encouragements we received from all sides have led us to continue and to extend our investigations - the potential material is very large -, while retaining the same chronological framework that brought us from Petrarch to Justus Lipsius, but seeing more to it that we would give a place to all the countries of Europe that Humanism reached in this era. Thus to the first-rank authors examined with a view to our edition of 1994 (for the 14th and 15th centuries the Italians Ficino, Petrarch, Pico della Mirandola, Poggio, Poliziano, Valla,...; for the 16th century Budé, Calvin, Erasmus, Lipsius, Luther, Melanchton, More, Vives,...), we have added among others Ermolao Barbaro, Bembo, Giordano Bruno, Buchanan, John Colet, Copernicus, Olaus Magnus, Paracelsus, Perotti, Pontanus, and Vesalius; we have also given priority to the authors and texts which have been edited or reissued in the last decades and which are thus in principle more easily accessible for our readers. Even more than in 1994, our texts offer a very large variety of genres: from literature in the strict sense of the word to various sciences, across numerous collections of letters, travel stories, educational works, art, history, law, rhetoric, philosophy, theology, and the problems connected with the Reformation and the Contra-Reformation, without neglecting the Latin translations of Greek texts from antiquity.
The number of authors examined completely or partially has thus surpassed 150 to more than 230, which enables us to offer almost 11000 entries,3 bringing together more than 11600 meanings.
A hesitation could arise concerning the question whether certain words of non-Latin origin belong to the Latin language (cf. infra "Recapitulative Appendices", A); for the words of Greek origin, we have included all the terms written in Latin characters; for the loan words from other languages, we have included only the terms that are at least partially Latinized, in particular the declined words.
Like in the first edition, the words already mentioned by Gaffot but used in another sense by our authors are preceded by the sign +. This sign precedes about 1600 entries. Let us here draw attention to the fact that the Dictionnaire latin-français de F. Gaffot, which has known several reissues since 1934 without notable changes, has in 2000 been the object of a revision and of important additions, above all concerning late antiquity. It is this reissue of 2000, entitled Le Grand Gaffot, which has served us this time as a basis, which for that matter explains why certain entries and meanings appearing in our first edition have been removed: their presence in Le Grand Gaffot excuses us henceforth from including them here again.
The general presentation of the entries has been maintained in accordance with the principles adopted in 1994. Let us remind of what we wrote on this subject then:

"Every head, written in a way as succinct as possible, comprises: the Latin word with its possible graphic variants; the chosen meaning(s), with one to three references for each meaning, supplemented with a short quotation if need be; if necessary, we add: remarks concerning the origin of the word and its formation; reservations expressed by the users themselves (ut ita dicam, uulgo...) as well as the criticisms or condemnations uttered by authors that care particularly about correct linguistic usage, like Valla4 and Cornelius Crocus;5 connections with other terms; reference to a modern work or article... In case that our readings have allowed us to gather for a certain word in a certain sense more than three references, we take if possible three references from different authors, with in addition a priority for the oldest texts, and we add the note "etc."; this is replaced by "fréq." (= frequent) if we have more than ten references stemming from at least five authors at our disposal.

Moreover, if necessary we indicate by a conventional sign the period of Latinity in which - according to the information we gathered - a certain word was used in a given sense for the first time:

*** in classical Latin;
** in "late" Latin;
* in medieval Latin."

We have in fact considered it useful to distinguish in the Latin of antiquity two main periods, with the division around the year 200 of our era; we will thus speak on the one hand of "classical Latin" in a broad sense, on the other of "Latin of late antiquity" or in abbreviated form, despite the ambiguity of the expression, of "late Latin."
For classical Latin, covered in its near totality by the Gaffot, we resorted, for verification and supplementation, to the Thesaurus lin-guae Latinae, supplemented somehow or other for the missing letters (N, P partim, Q-Z) by the Totius Latinitatis Lexicon of Forcellini, which is unfortunately outdated, but not yet completely replaced. We have thus been able to provide with the sign ***, always supported with an exact reference (exceptionally two) to a passage from a classical author, 65 words or meanings, among which one must distinguish 6 cases in which our interpretation diverges from that of Gaffot, 37 in which variants are concerned, of which certain ones do not even appear in the apparatus criticus of our classical editions, but turn up in manuscripts or old editions, in which authors from the Renaissance could read them; so only 22 cases remain in which one can really speak of an omission on Gaffot’s part.
For late antiquity - which is in particular the period of the Church Fathers, read abundantly in the Renaissance -, research is definitely more delicate. The attitude of philologists towards this period, relatively neglected for quite a long time, has been significantly changing for some decades. Thus, in 1934, in the preface of F. Gaffot, one could read: "It goes without saying that the Latin of the decadence has not been and could not have been treated with the same expositions as classical Latin," whereas in 2000 the staff of the Grand Gaffot speak of a "much larger access to Christian, technical, and late vocabulary," larger indeed, but obviously not exhaustive. To attempt to establish as well as possible which meanings should be provided with the sign **, we have consulted not only the Thesaurus supplemented with Forcellini, but also two works devoted specifically to this period: the Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens of A. Blaise (Blaise I) and A Glossary of Later Latin to 600 A.D. of A. Souter. In this way we have noted almost 900 words or mean ings attested in "late Latin" and used again by the authors of the Renaissance.
After subtraction of these two categories - and supposing that the investigations on their subject have been complete -, could one say that the remaining number of about 10600 words and meanings consists of Neo-Latin neologisms, or at least of neologisms of sense?
Certainly not, for we still have to take medieval Latin into account. This assertion is indeed paradoxical when one thinks of the contempt displayed by the Humanists in view of the "barbarian" character of this abundant language, but undeniable as soon as one surveys reality objectively; actually, while the Humanists reject medieval Latin outright on principle, they nevertheless use a relatively high number of words and meanings borrowed from the language of this era, particularly "technical" terms that are hard to avoid: words from everyday life (measures, weights, coins, garments, titles, functions...), "Christian Latin" (beliefs, institutions...), legal language... Whereas, in certain cases, these borrowings can be more or less unconscious, it is in reference to medieval vocabulary that one encounters most often the reservations uttered by the users themselves or the criticism of a Valla and a Crocus (see supra).
On the other hand, the establishment itself of the medieval origin of a term or a meaning is often a delicate task. Indeed, whereas all the specialists consider since several decades that the venerable "Du Cange" is by far outdated, the considerable efforts undertaken to replace it e?caciously are still far from having succeeded. Thus the Novum Glossarium Mediae Latinitatis, sometimes called the "New Du Cange" and intended in principle to become the "Thesaurus" of medieval Latin, contains to date only words beginning with the letters L to Pi, which is 15 to 20% of the expectable total. Admittedly, the dictionaries devoted to this period are numerous, but several are still in course of publication; moreover, each of them has its own specificity: it is the case that many among them are limited to the texts of one country or even of one region. While we have limited our comparative research to five of these works (two of which in course of publication) for the first edition, this time we have - with the purpose of achieving a more valid result - consulted fourteen of them (four of which in course of publication),6 and this has been done for all the entries, including those which appeared already in the edition of 1994.
An additional di?culty: on the model of Du Cange, Glossarium mediae et infimae Latinitatis, the "infima Latinitas" - that is Neo-Latin - is represented in several of these works explicitly or implicitly and to a larger or smaller extent, which adds to their richness and can be very useful for Neo-Latinists; but from the comparative point of view that is important for us here, this fact compels us to be very careful and to check the origin and the date of the references that appear in these works.
Taking all these factors into account, we have, by dint of a considerable effort - tedious sometimes, we must confess -, provided with the sign * about 2600 words and meanings, which is almost 25% of the number 10600 mentioned above.
Consequently, in principle, and with reservations as to the almost inevitable omissions in the aforementioned investigations, one must consider the near 8000 remaining meanings (that is those which are not preceded by any of the signs ***, **, or *), until better informed, as genuine Neo-Latin neologisms, including of course the neologisms of sense. But one can only speak with certainty in this respect about a limited number of words or meanings: those which are connected with persons, events, institutions, techniques,... of the era, for example the words derived from names of contemporaries, the vocabulary of printing, the terms connected with the Reformation and the Contra-Reformation, the loan words from Amerindian languages.

*
*     *

Concerning Latin spelling, an important remark must be made: in contrast to Gaffot, we do not distinguish between i and j, u and v; we write i and u (V as capital initial) at all places and we have of course established the alphabetic order on this basis.
For the rest, one encounters in Neo-Latin texts very numerous orthographic variants, due for that matter as much to the editors and printers as to the authors themselves; we have for our part included the principal variants and, each time this seemed necessary to us, we have provided references to their alphabetic place.
In any case, the reader of Latin texts of the Renaissance should not let himself be bewildered by the countless confusions between ae and e, ae and oe, i and y, ci and ti, by the presence or absence of h at the beginning or in the middle of a word...; moreover, for the words derived from Greek, one should keep the effects of Byzantine pronunciation in mind, in particular iotacism (h, u, ei, oi pronounced as [i]), ai pronounced as [ei], b pronounced as u [w].

*
*     *

To make certain connections and investigations easier, we have added three series of recapitulative appendices at the end of the work: words of non-Latin origin, above all of Greek origin;7 diminutives; words classified by certain su?xes or endings. Since it is about words themselves and not their meanings here, we have not included in these appendices the words that appear already in the Dictionnaire of Gaffot and that are preceded with the sign + in our dictionary.

*
*     *

By way of "coronation" we reissue an article already presented in the journal Moreana (vol. 35, nos 135-136, pp. 25-53): Essai sur le vocabulaire néo-latin de Thomas More. This study forms some kind of illustration - limited, it is true, to only one author - of the advantage one can take of research into Neo-Latin vocabulary and a concrete example of the complexity of the problems. All our thanks go to the staff of Moreana, that has kindly given us its permission to reproduce this article, in particular to Mr Abbot G. Marc’hadour and to Mrs Cl. Murphy, respectively Director and Editor at the time of publication.

*
*     *

Initially we planned to publish the new entries in the form of a Supplement; the material preparation of this Supplement had been finished, when the editor considered it preferable - and this was indeed a felicitous decision - to offer a second, revised, and expanded edition to the researchers instead, combining the Lexique of 1994 with the Supplement. Despite our efforts and our attention, there certainly remain deviations of presentation between the old and the new entries, particularly in the punctuation. We hope the reader will forgive us.
In addition, to increase the possibilities of dissemination of this second edition, the editor has decided to add an English translation to the French translation. This has been entrusted to Mr Coen Maas.

*
*     *

While we have accepted the responsibility for the first edition alone, age and serious health problems would not have allowed us to complete this second, revised, and expanded edition successfully if we would not have had the privilege of obtaining the precious collaboration of a young researcher of the University of Liège, Mr Laurent Grailet, a graduate in Classical Philology, who actively prepares a doctoral thesis devoted to Auger Ghislain de Busbecq; the data relating to this author, as well as those relating to Ciriaco d’Ancona, are from his hand; in addition he has - this is a considerable task - carried out with patience and mastery the revision and the encoding of the preliminaries and of the new and modified entries, which he received in handwritten form; finally, he has carried out with the same brilliance the delicate task that consists in harmonizing from all points of view the text of 1994 and the new data. Let our gratitude to him be expressed very strongly!
Our thanks go to Mr Coen Maas as well, who has been made responsible by the editor for the English translation, which he has performed very conscientiously and with competence. We do thank as much Mrs Karin Renard-Jadoul who has scrupulously revised that translation and who, thanks to her thorough knowledge of English as well as Latin and French, has even improved the quality of that translation in many di?cult cases.
When reading again the thanks which we expressed - and which we renew here - to all those who gave us assistance, advice, or encouragement at the time of the first edition, we come across the names of four eminent specialists again, who, alas, have passed away since then: J. Chomarat (Paris-Sorbonne), J. IJsewijn (Leuven, KUL),
A. Deisser and L.-E. Halkin (University of Liège). We insist on recalling their memory here.
We must also express our gratitude for their selective help or their encouragements with regard to the present edition to Messrs.
J. Trapman (Editorial Committee for the Works of Erasmus, The Hague), J.-L. Charlet (University of Aix-en-Provence), E. Borza (University of Louvain-la-Neuve), Fr. Bierlaire, P. Jodogne, and A. Michiels (University of Liège), as well as to numerous participants in the congresses of the I.A.N.L.S. in Bari (1994), Avila (1997), and Cambridge (2000).
Finally, we direct our thanks to the staff of E. J. Brill Publishers - and particularly to Mr Julian Deahl -, that has generously agreed to take care of this second, revised, and expanded edition of our Dictionary, of which they had already published the first version in 1994.

Remarks concerning the English translation
In order not to weigh down the presentation of the entries too much,

  1. the abbreviations are translated one time for all instances in the list of abbreviations;
  2. various words and expressions which are often found in the remarks or explanations are normally translated one time for all instances below.
    • à rapprocher (de).../compare (with)...
    • chiffré(e)/numbered
    • colonne/column
    • concerne.../concerns...
    • condamné par.../condemned by...
    • contexte chrét./Christ. context
    • critiqué par.../criticized by
    • dans/in
    • d’après les signatures des cahiers/according to the signatures of the sections
    • début/beginning
    • déjà/already
    • dépouillement incomplet, partiel/incomplete, partial examination - droit/law - Empire ottoman/Ottoman Empire
    • en abrégé/in abbreviated form
    • en cours de publication depuis.../in course of publication since...
    • erreur typogr./typogr. mistake
    • fin/end
    • graphie aberrante/aberrant spelling - ironique/ironic
    • livre (I, II,...)/book (I, II,...)
    • même lettre/same letter
    • même sens/same meaning
    • milieu/middle - (1ère, 2ème) moitié/(1st, 2nd) half
    • monnaie/currency
    • mots composés avec.../compounds with...
    • non attesté/not attested
    • note de l’éditeur/note of the editor
    • note des éditeurs/note of the editors
    • nous citons d’après l’éd. de..., le recueil de..., la rééd. de.../we cite from the ed. of..., the collection of..., the reissue of...
    • on attendrait... mais cf. prononc. byz./one would expect... but cf. byz. pronunc.
    • Ordre relig./relig. Order
    • où on lit/where one reads
    • peut-être erreur typogr./perhaps typogr. mistake
    • peut-être par erreur/perhaps by mistake
    • probabl. erreur typogr./probabl. typogr. mistake
    • références occasionnelles/occasional references - Saint-Empire/Holy Roman Empire
    • sens.../sense...
    • sens attesté pour.../attested sense for...
    • sens premier de.../first meaning of...
    • sens propre/proper meaning
    • terme (vraisemblablement) forgé par.../term (probably) coined by...
    • textes publiés par.../texts published by... - toutefois/however
    • var. graphique/graphic var.
    • v. aussi.../see also...
    • v. ce mot/see that word
    • v. toutefois.../see however
    • ← arabe/Arabic
    • ← francique/Frankish
    • ← grec/Greek
    • ← hébreu/Hebrew
    • ← hongrois/Hungarian
    • ← langue slave/Slavonic language
    • ← persan/Persian
    • ← polonais/Polish
    • ← portugais/Portuguese
    • ← provençal/Provençal
    • ← turc/Turkish

1 IANLS in abbreviated form.
2 With a selectivity that varies depending on the author and that can go to the point of the excess of Ciceronianism.
3 Simple references have not been taken into account: orthographic variants, words that are part of an expression dealt with under another of its terms.
4 Above all in his Elegantiae, but also in other works.
5 In his Farrago sordidorum uerborum.
6 Arnaldi, Bartal, Blaise II, Du Cange, Fuchs, Hakamies, Latham I, Niermeyer, Sella I, Sella II and the four following works in course of publication: Latham II, Mittellat., Novum Glossarium, Plezia; see infra the Bibliography.
7 Without trying to distinguish between words taken directly from Greek and those which have been formed with a word from the same family as starting point, of Greek origin but already Latinized.

INTRODUCTION

Au début de l’introduction de la première édition, nous écrivions :
« Au cours des dernières décennies, l’intérêt croissant pour les études néo-latines - marqué notamment par la création de l’Association inter-nationale d’études néo-latines ou Societas internationalis studiis neolatinis proue-hendis1 et par l’organisation depuis 1971 de huit importants Congrès internationaux - a mis en relief le manque criant d’instruments de travail adéquats, particulièrement l’absence de tout dictionnaire néo-latin.

« La réalisation d’un dictionnaire couvrant, dans le temps comme dans l’espace, tout le domaine néo-latin exigerait une entreprise collective de très grande envergure. Plus modestement, le présent Lexique, fruit d’un travail individuel de longue haleine, se limite, comme son titre l’indique, à la prose de la Renaissance, c’est-à-dire à la pre-mière période, capitale d’ailleurs, de la littérature néo-latine ; un exa-men valable du vocabulaire poétique de la même époque aurait demandé, à notre sens, une approche particulière, plus délicate, que nous n’avons pas entreprise... mais qui tentera peut-être d’autres chercheurs.

« Certes, conformément au principe même de l’Humanisme de la Renaissance, qui rejette comme « barbare » le latin médiéval et entend revenir aux modèles de l’Antiquité2, la plus grande partie du voca-bulaire utilisé par les auteurs latins de la Renaissance - et plus géné-ralement par les auteurs néo-latins - figure dans les dictionnaires latins traditionnels, qu’il importe de consulter en premier lieu. Mais tous les lecteurs de textes néo-latins savent que maintes fois une telle consultation se fait en vain, car pour diverses raisons les auteurs néo-latins emploient aussi de nombreux termes ignorés du latin de l’Antiquité, ainsi que des mots anciens pourvus d’une acception nouvelle.

« Si l’on veut éviter de le gonfler peu utilement, on concevra donc tout dictionnaire relatif au néo-latin non comme un ouvrage complet par lui-même, mais comme un supplément aux dictionnaires qui concernent l’Antiquité. Pour des raisons de clarté et surtout pour la commodité des utilisateurs, nous avons pour notre part estimé pré-férable de prendre pour base un seul de ces dictionnaires. Puisque nous voulions composer un lexique latin-français qui satisfasse aux exigences scientifiques tout en restant de consultation aisée, notre choix s’est naturellement porté sur un ouvrage qui, pour le latin de l’Antiquité, répond dans une très large mesure aux mêmes critères et qui offre en outre l’avantage d’une très grande diffusion : le Dictionnaire latin-français de F. Gaffot. »

Ces lignes, écrites il y a plus de dix ans, gardent aujourd’hui encore toute leur actualité. Notre Lexique reste, à notre connaissance, le seul dictionnaire imprimé consacré spécifiquement au latin de la Renaissance. Signalons toutefois à l’attention du lecteur le site inter-net que J. Ramminger a créé il y a quelque temps sous le titre Neulateinische Wortliste 1300-1700 (http://www.neulatein.de/) ; il couvre non seulement le même domaine que notre Lexique, mais aussi tout le XVIIe siècle, et concerne aussi bien la poésie que la prose ; il compte actuellement environ cinq mille lemmes et s’accroît régulièrement. Nous avons malheureusement découvert ce site trop tard pour pouvoir en tenir compte dans la présente édition.
L’accueil généralement très favorable accordé à notre édition de 1994 et les encouragements reçus de toutes parts nous ont amené à poursuivre et à élargir les dépouillements - la matière potentielle est très vaste -, tout en gardant le même cadre chronologique qui nous a conduits de Pétrarque à Juste Lipse, mais en veillant davantage encore à donner une place à tous les pays d’Europe où l’Humanisme a pénétré à cette époque. Ainsi, aux auteurs de premier rang dépouillés en vue de notre édition de 1994 (pour les XIVe et XVe siècles, les Italiens Ficin, Pétrarque, Pic de la Mirandole, Poggio, Politien, Valla,... ; pour le XVIe siècle, Budé, Calvin, Erasme, Lipse, Luther, Mélanchton, More, Vives,...), nous avons ajouté notamment Ermolao Barbaro, Bembo, Giordano Bruno, Buchanan, John Colet, Copernic, Olaus Magnus, Paracelse, Perotti, Pontanus et Vésale ; nous avons aussi privilégié les auteurs et les textes édités ou réédités ces der-nières décennies et donc en principe plus facilement accessibles pour nos lecteurs. Plus encore qu’en 1994, nos textes offrent une très grande variété de genres : de la littérature proprement dite aux diverses sciences, en passant par de nombreux recueils de corres-pondance, des récits de voyage, des ouvrages scolaires, l’art, l’his-toire, le droit, la rhétorique, la philosophie, la théologie et les problems liés à la Réforme et à la Contre-Réforme, sans oublier les traductions latines de textes grecs de l’Antiquité.
Le nombre d’auteurs dépouillés entièrement ou partiellement est ainsi passé de 150 à plus de 230, ce qui nous permet d’offrir près de 11000 notices3, rassemblant plus de 11600 acceptions.
Une hésitation peut se présenter en ce qui concerne l’apparte-nance à la langue latine de certains mots d’origine non-latine (cf. infra « Listes annexes récapitulatives », A) ; pour les mots d’origine grecque, nous avons retenu tous les termes écrits en caractères latins ; pour les emprunts à d’autres langues, nous n’avons retenu que les termes au moins partiellement latinisés, particulièrement les mots déclinés.
Comme dans la première édition, nous avons fait précéder du signe + les mots déjà mentionnés par Gaffot, mais que nos auteurs emploient dans une acception différente. Ce signe précède environ 1600 notices. Attirons ici l’attention sur le fait que le Dictionnaire latin-français de F. Gaffot, qui avait connu depuis 1934 de nombreuses rééditions sans changements notables, a fait l’objet en 2000 d’une revision et d’additions importantes, surtout en ce qui concerne l’Antiquité tardive. C’est cette réédition de 2000, publiée sous le titre Le Grand Gaffot, qui nous a servi cette fois de base, ce qui explique d’ailleurs que des notices et des acceptions figurant dans notre pre-mière édition aient été éliminées, leur présence dans Le Grand Gaffot nous dispensant désormais de les reprendre ici.
La présentation générale des notices a été maintenue selon les principes adoptés en 1994. Rappelons ce que nous écrivions alors à ce sujet :

« Chaque notice, rédigée de manière aussi succincte que possible, comporte : le mot latin avec ses variantes graphiques éventuelles ; le ou les sens retenus, avec pour chaque sens de une à trois références, complétées au besoin par une brève citation ; s’il y a lieu, nous ajou-tons : des remarques portant sur l’origine du mot et sur sa formation ; les réserves émises par les utilisateurs eux-mêmes (ut ita dicam, uulgo...) ainsi que les critiques ou condamnations formulées par des auteurs particulièrement soucieux du bon usage linguistique, comme Valla4 et Cornelius Crocus5 ; des rapprochements avec d’autres termes ; le renvoi à un ouvrage ou article moderne... Dans le cas où nos lectures nous ont permis de recueillir pour tel mot dans telle acception plus de trois références, nous empruntons si possible les trois références retenues à des auteurs différents, avec subsidiairement une priorité pour les textes les plus anciens, et nous ajoutons la mention « etc. » ; celle-ci est remplacée par « fréq. » (= fréquent) si nous dis-posons de plus de dix références provenant d’au moins cinq auteurs.

« En outre, nous indiquons éventuellement par un signe conven-tionnel la période de la latinité où - d’après les renseignements que nous avons recueillis - tel mot a été employé pour la première fois dans tel sens donné :

*** en latin classique
** en latin « tardif »
* en latin médiéval. »

situant vers l’an 200 de notre ère ; nous parlerons donc d’une part de « latin classique » au sens large, de l’autre de « latin de l’Antiquité tardive » ou en abrégé, mal-gré l’équivoque de la formule, de « latin tardif ».
Pour le latin classique, couvert dans sa quasi totalité par le Gaffot, nous avons eu recours, pour vérification et complément, au Thesaurus linguae Latinae, suppléé vaille que vaille pour les lettres manquantes (N, P partim, Q-Z) par le Totius Latinitatis Lexicon de Forcellini, mal-heureusement dépassé, mais non encore entièrement remplacé. Nous avons ainsi pu munir du signe ***, toujours étayé par une référence précise (exceptionnellement deux) à un passage d’auteur classique, 65 mots ou acceptions, parmi lesquels il faut distinguer 6 cas où notre interprétation diverge de celle du Gaffot, 37 où il s’agit de variantes, dont certaines n’apparaissent même pas dans l’apparat critique de nos éditions classiques, mais figurent dans des manuscrits ou des éditions anciennes, où les auteurs de la Renaissance ont pu les lire ; si bien qu’il reste seulement 22 cas où l’on peut vraiment parler d’omission de la part de Gaffot.
Pour l’Antiquité tardive - qui est notamment l’époque des Pères de l’Eglise, lus abondamment à la Renaissance -, la recherche est nettement plus délicate. L’attitude des philologues vis-à-vis de cette période, longtemps relativement négligée, s’est considérablement modifiée depuis quelques décennies. Ainsi, en 1934, dans la préface de F. Gaffot, on pouvait lire : « Il va de soi que le latin de la déca-dence n’a pas été et ne pouvait pas être traité avec les mêmes déve-loppements que le latin classique », tandis qu’en 2000, les responsables du Grand Gaffot parlent d’un « accès beaucoup plus large au voca- bulaire chrétien, technique et tardif », plus large certes, mais évi-demment non exhaustif. Pour tenter de déterminer le mieux possible quelles acceptions devaient être pourvues du signe **, nous avons consulté non seulement le Thesaurus suppléé par Forcellini, mais aussi deux ouvrages consacrés spécifiquement à cette période : le Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens d’A. Blaise (Blaise I) et A Glossary of Later Latin to 600 A.D. d’A. Souter. Nous avons ainsi relevé près de 900 mots ou acceptions attestés en « latin tardif » et réuti-lisés par les auteurs de la Renaissance.
Déduction faite de ces deux catégories - et à supposer que les recherches à leur sujet aient été complètes -, peut-on dire que les quelque 10600 mots et acceptions restants sont des néologismes néo-latins, tout au moins des néologismes de sens ?
Certainement pas, car il nous faut encore tenir compte du latin médiéval. Affirmation certes paradoxale quand on pense au mépris affiché par les Humanistes face au caractère « barbare » de cette langue foisonnante, mais indéniable dès qu’on sonde objectivement la réalité; en effet, alors que les Humanistes rejettent en bloc par principe le latin médiéval, ils utilisent néanmoins un nombre relati-vement élevé de mots et acceptions empruntés au vocabulaire de cette époque, notamment des termes « techniques » difficilement évi-tables : mots de la vie courante (mesures, poids, monnaies, vêtements, titres, fonctions...), « latin chrétien » (croyances, institutions...), langage juridique... Si, dans certains cas, ces emprunts peuvent être plus ou moins inconscients, c’est à propos du vocabulaire médiéval que l’on rencontre le plus souvent les réserves émises par les utilisateurs eux-mêmes ou les critiques d’un Valla et d’un Crocus (v. supra).
D’autre part, la détermination même de l’origine médiévale d’un terme ou d’une acception est souvent une tâche délicate. En effet, si tous les spécialistes considèrent depuis plusieurs décennies que le vénérable « Du Cange » est très largement dépassé, les efforts consi-dérables déployés pour le remplacer efficacement sont encore loin d’avoir abouti. Ainsi, le Novum Glossarium Mediae Latinitatis, parfois appelé le « Nouveau Du Cange » et destiné en principe à devenir le « Thesaurus » du latin médiéval, ne contient à ce jour que les mots commençant par les lettres L à Pi, soit 15 à 20 % du total prévisible. Les dictionnaires consacrés à cette période sont certes nombreux, mais plusieurs sont encore en cours de publication ; par ailleurs, ils ont chacun leur spécificité : c’est ainsi que beaucoup d’entre eux se limitent aux auteurs et aux textes d’un pays ou même d’une région. Alors que, pour notre première édition, nous avions limité notre recherche comparative à cinq de ces ouvrages (dont deux en cours de publication), nous en avons cette fois - dans le but d’atteindre un résultat plus valable - consulté quatorze (dont quatre en cours de publication)6, et cela pour toutes les notices, y compris celles qui figuraient déjà dans l’édition de 1994.
Difficulté supplémentaire : sur le modèle de Du Cange, Glossarium mediae et infimae Latinitatis, « l’infima Latinitas » - c’est-à-dire le néo-latin - est dans plusieurs de ces travaux représentée explicitement ou implicitement et plus ou moins largement, ce qui ajoute certes à leur richesse et peut être fort utile aux néo-latinistes ; mais du point de vue comparatif qui nous importe ici, ce fait nous oblige à une grande prudence et à la vérification de l’origine et de la date des références qui y figurent.
Tenant compte de tous ces éléments, nous avons, au prix d’un gros effort - parfois fastidieux, il nous faut l’avouer -, pourvu du signe * environ 2600 mots ou acceptions, soit près de 25 % du chiffre de 10600 évoqué plus haut.
Dès lors, en principe, et sous réserve d’omissions quasi inévitables dans les recherches précitées, les quelque 8000 acceptions restantes (c’est-à-dire celles qui ne sont précédées d’aucun des signes ***, ** ou *) doivent être considérées, jusqu’à plus ample informé, comme de véritables néologismes néo-latins, en ce compris bien entendu les néologismes de sens. Mais on ne peut parler de certitude à ce pro-pos que pour un nombre limité de mots ou d’acceptions : ceux qui sont liés aux hommes, aux événements, aux institutions, aux techniques,... de l’époque, par exemple les mots dérivés de noms de contemporains, le vocabulaire de l’imprimerie, les termes en rapport avec la Réforme ou la Contre-Réforme, les emprunts aux langues amérindiennes.

*
*     *

En ce qui concerne l’orthographe latine, une remarque importante s’impose : contrairement à Gaffiot, nous ne distinguons pas i et j, u et v ; nous écrivons partout i et u (V à l’initiale majuscule) et nous avons bien entendu établi sur ces bases l’ordre alphabétique.
Pour le reste, on rencontre dans les textes néo-latins de très nombreuses variantes de graphies, dues d’ailleurs autant aux éditeurs et aux imprimeurs qu’aux auteurs eux-mêmes ; nous avons pour notre part relevé les principales variantes et, chaque fois que cela nous a paru nécessaire, nous avons prévu des renvois à leur place alphabétique.
De toutes manières, le lecteur de textes latins de la Renaissance ne doit pas se laisser désorienter par les innombrables confusions entre ae et e, ae et oe, i et y, ci et ti, par la présence ou l’absence de h à l’initiale ou à l’intérieur d’un mot... ; en outre, pour les mots dérivés du grec, il doit penser aux effets possibles de la prononciation byzantine, notamment l’iotacisme (h, u, ei, oi prononcés [i]), ai prononcé [e], b prononcé u [w].

*
*     *

Pour faciliter certains rapprochements et certaines recherches, nous avons ajouté à la fin de l’ouvrage trois séries de listes récapitula-tives : mots d’origine non-latine, surtout d’origine grecque7 ; diminu-tifs ; mots classés d’après certains suffixes ou terminaisons. Puisqu’il s’agit ici des mots eux-mêmes et non de leur signification, nous n’avons pas repris dans ces listes les mots qui figurent déjà dans le Dictionnaire de Gaffiot et qui dans notre Lexique sont précédés du signe +.

*
*     *

En guise de « couronnement », nous rééditons un article déjà pré-senté en 1998 dans la Revue Moreana (vol. 35, nos 135-136, pp. 25-53) : Essai sur le vocabulaire néo-latin de Thomas More. Cette étude constitue en quelque sorte une illustration - limitée, il est vrai, à un seul auteur - du parti que l’on peut tirer des recherches sur le voca-bulaire néo-latin et un exemple concret de la complexité des pro-blèmes. Tous nos remerciements vont aux responsables de Moreana, qui nous ont aimablement permis de reproduire cet article, particu-lièrement à Monsieur l’Abbé G. Marc’hadour et à Madame Cl. Murphy, respectivement Directeur et Rédactrice en chef à l’époque de la publication.

*
*     *

Il avait été prévu initialement de publier les nouvelles notices sous forme de Supplément ; la préparation matérielle de ce Supplément était terminée, quand l’éditeur a estimé préférable - et ce fut certes une heureuse décision - d’offrir plutôt aux chercheurs une deuxième édition revue et augmentée, combinant le Lexique de 1994 et le Supplément. Malgré tous nos efforts et toute notre attention, il demeure certainement des variantes de présentation entre les anciennes et les nouvelles notices, en particulier dans la ponctuation. Le lecteur vou-dra bien nous en excuser.
Par ailleurs, pour accroître les possibilités de rayonnement de cette deuxième édition, l’éditeur a également décidé d’ajouter à la tra-duction française une traduction anglaise. Celle-ci a été confiée à Monsieur Coen Maas.

*
*     *

Alors que nous avions assumé seul la responsabilité de la première édition, l’âge et de sérieux problèmes de santé ne nous auraient pas permis de mener à bien cette deuxième édition revue et augmentée si nous n’avions pas eu le privilège d’obtenir la précieuse collaboration d’un jeune chercheur de l’Université de Liège, M. Laurent Grailet, Licencié en Philologie Classique, qui prépare activement une thèse de doctorat consacrée à Auger Ghislain de Busbecq ; les don-nées relatives à cet auteur, ainsi qu’à Cyriaque d’Ancône, sont de sa main ; il a en outre - c’est un travail considérable - assuré avec patience et maîtrise la revision et l’encodage des préliminaires et de toutes les notices nouvelles ou modifiées, qu’il avait reçues sous forme manuscrite ; il a enfin assuré avec le même brio la tâche délicate consistant à harmoniser à tous points de vue le texte de 1994 et les nouvelles données. Qu’il en soit très vivement remercié !
Notre gratitude va aussi à Monsieur Coen Maas, chargé par l’édi-teur de la traduction anglaise, ce dont il s’est acquitté très conscien-cieusement et avec compétence. Nous remercions tout aussi vivement Madame Karin Renard-Jadoul, qui a revu très scrupuleusement cette traduction et qui, grâce à sa connaissance approfondie aussi bien de l’anglais que du latin et du français, a amélioré encore, dans de nombreux cas di?ciles, la qualité de cette traduction.
En relisant les remerciements que nous avions exprimés - et que nous renouvelons ici - envers toutes celles et tous ceux qui nous avaient apporté aide, conseil ou encouragement lors de la préparation de la première édition, nous retrouvons avec émotion les noms de quatre spécialistes éminents qui, hélas, nous ont quitté depuis lors : J. Chomarat (Paris-Sorbonne), J. IJsewijn (Leuven, KUL), A. Deisser et L.-E. Halkin (Université de Liège). Nous tenons à évoquer ici leur mémoire. Nous devons également notre reconnaissance pour leur aide ponc-tuelle ou leurs encouragements en vue de la présente édition à Messieurs. J. Trapman (Comité de Rédaction des OEuvres d’Erasme, La Haye), J.-L. Charlet (Université d’Aix-en-Provence), E. Borza (Uni-versité de Louvain-la-Neuve), Fr. Bierlaire, P. Jodogne et A. Michiels (Université de Liège), ainsi qu’à de nombreux participants des Congrès de l’I.A.N.L.S. à Bari (1994), Avila (1997) et Cambridge (2000). Enfin, nous adressons tous nos remerciements aux responsables des Editions E. J. Brill - et particulièrement à Monsieur Julian Deahl -, qui ont généreusement accepté d’assurer la publication de cette deuxième édition revue et augmentée de notre Lexique, dont ils avaient déjà publié la première version en 1994.

René Hoven
Mars 2006

1 Désignée couramment sous son appellation anglaise International Association for Neo-Latin Studies, en abrégé IANLS.
2 Avec une sélectivité qui varie selon les auteurs et qui peut aller jusqu’aux excès du cicéronianisme.
3 Compte non tenu des simples renvois : variantes orthographiques, mots faisant partie d’une expression traitée sous un autre de ses termes.
4 Surtout dans ses Elegantiae, mais aussi dans d’autres oeuvres.
5 Dans sa Farrago sordidorum uerborum.
6 Arnaldi, Bartal, Blaise II, Du Cange, Fuchs, Hakamies, Latham I, Niermeyer, Sella I, Sella II et les quatre ouvrages suivants en cours de publication : Latham II, Mittellat., Novum Glossarium, Plezia ; v. infra la Bibliographie.
7 Sans essai de distinction entre les mots tirés directement du grec et ceux qui auraient été formés au départ d’un mot de la même famille, d’origine grecque mais déjà latinisé.

En français

ABBREVIATIONS

abl. ablative
acc. accusative
adj. adjective
adr. address
adv. adverb/adverbial
all. German
amérind. Amerindian (language)
anc. old or ancient
angl. English
ann. annex
ap. apud
app. appendix
app. crit. apparatus criticus
arnaldisee Bibliography
art. article
Baillysee Bibliography
Bartalsee Bibliography
Bausisee Bibliography
Blaise Isee Bibliography
Blaise IIsee Bibliography
byz. Byzantine
ca. circa
c-à-d. that is
ch. chapter
chomaratsee Bibliography
chrét. Christian
Clotsee Bibliography
coll. collection
compar. comparative
connot. connotation
dat. dative
décl. declension
D.H.G.E.see Bibliography
Dict. Biblesee Bibliography
Dict. Théol. Cath.see Bibliography
dim. diminutive
doc. document
Du Cangesee Bibliography
Du Fresne & Du Cangesee Bibliography
eccl. ecclesiastic
éd. edition(s)
empl. use/used as
esp. Spanish
F. feminine
fig. figurative/figurative sense
Forcellinisee Bibliography
franç. French
fréq. frequent (see Introduction)
fréquent. frequentative
Fuchssee Bibliography
Furnosee Bibliography
G. Gaffiot (see Bibliography)
gén. genitive
germ. Germanic/Germanic language
gramm. grammar/grammatical
Hakamiessee Bibliography
impers. impersonal
indécl. indeclinable
invar. invariable
ital. Italian
l. line
lat. Latin
Latham Isee Bibliography
Latham IIsee Bibliography
Lex.f.Theol.u.K.see Bibliography
ll. lines
loc. cit. loco citato
M. masculine
Mantransee Bibliography
Mitteilat.see Bibliography
N. neuter
n. note
néerl. Dutch
Neuhausen & Trappsee Bibliography
Niermeyersee Bibliography
nom. nominative
not. particularly
Novum Glossariumsee Bibliography
opp. à ...opposite to ...
p. page
p. ex. for example
part. particularly/in particular
péjor. pejorative
philos. philosophy/philosophical
phr. phrase
Pl. plural
Pleziasee Bibliography
pp. pages
probabl. probably
prononc. pronunciation
Puelmasee Bibliography
rééd. reissue(s)
relig. religious/religion
rhét. rhetoric
Rizzosee Bibliography
s. century
scolast. scholastic
Sella Isee Bibliography
Sella IIsee Bibliography
Sg. singular
Shaw`see Bibliography
s.l. sine loco/without indication of place
Soutersee Bibliography
souv. often
Spitzersee Bibliography
subst. substantive/substantivized/substantively
suff. suffix
t. volume(s)
théol. theology/theological
Thesaurussee Bibliography
trad. translation
typogr. typography/typographical
univ. academic
v. see
var. variant
vol. volume(s)
Vredeveldsee Bibliography
Widmannsee Bibliography

Abréviations

abl. ablatif
acc. accusatif
adj. adjectif
adr. adresse
adv. adverbe/adverbial
all. allemand
amérind. amérindienne (langue)
anc. ancien(ne)
angl. anglais
ann. annexe
ap. apud
app. appendice
app. crit. apparat critique
arnaldiv. Bibliographie
art. article
Baillyv. Bibliographie
Bartalv. Bibliographie
Bausiv. Bibliographie
Blaise Iv. Bibliographie
Blaise IIv. Bibliographie
byz. byzantin(e)
ca. circa
c-à-d. c’est-à-dire
ch. chapitre
chomaratv. Bibliographie
chrét. chrétien(ne)
Clotv. Bibliographie
coll. collection
compar. comparatif
connot. connotation
dat. datif
décl. déclinaison
D.H.G.E.v. Bibliographie
Dict. Biblev. Bibliographie
Dict. Théol. Cath.v. Bibliographie
dim. diminutif
doc. document
Du Cangev. Bibliographie
Du Fresne & Du Cangev.Bibliographie
eccl. ecclésiastique
éd. édition(s)
empl. emploi/employé comme
esp. espagnol
F. féminin
fig. figuré/sens figuré
Forcelliniv. Bibliographie
franç. français
fréq. fréquent (v. Introduction)
fréquent. fréquentatif
Fuchsv. Bibliographie
Furnov. Bibliographie
G. Gaffiot (v. Bibliographie)
gén. génitif
germ. germanique/langue germanique
gramm. grammaire/grammatical(e)
Hakamiesv. Bibliographie
impers. impersonnel
indécl. indéclinable
invar. invariable
ital. italien
l. ligne
lat. latin
Latham Iv. Bibliographie
Latham IIv. Bibliographie
Lex.f.Theol.u.K.v. Bibliographie
ll. lignes
loc. cit. loco citato
M. masculin
Mantranv. Bibliographie
Mitteilat.v. Bibliographie
N. neutre
n. note
néerl. néerlandais
Neuhausen & Trappv. Bibliographie
Niermeyerv. Bibliographie
nom. nominatif
not. notamment
Novum Glossariumv. Bibliographie
opp. à ...opposé(e) à ....
p. page
p. ex. par exemple
part. particulièrement/en particulier
péjor. péjoratif(-ive)
philos. philosophie/philosophique
phr. phrase
Pl. pluriel
Pleziav. Bibliographie
pp. pages
probabl. probablement
prononc. prononciation
Puelmav. Bibliographie
rééd. réédition(s)
relig. religieux(-euse)/religion
rhét. rhétorique
Rizzov. Bibliographie
s. siècle
scolast. scolastique
Sella Iv. Bibliographie
Sella IIv. Bibliographie
Sg. singulier
Shaw`v. Bibliographie
s.l. sine loco/sans lieu
Souterv. Bibliographie
souv. souvent
Spitzerv. Bibliographie
subst. substantif/substantivé/substantivement
suff. suffixe
t. tome(s)
théol. théologie/théologique
Thesaurusv. Bibliographie
trad. traduction
typogr. typographie/typographique
univ. universitaire
v. voir/voyez
var. variante
vol. volume(s)
Vredeveldv. Bibliographie
Widmannv. Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BIBLIOGRAPHY

Fr. Arnaldi & P. Smiraglia, Latinitatis Italicae medii aevi Lexicon (saec. V ex. - saec. XI in.), Editio altera (Millenio Medievale, 29), Florence, 2001. (en abrégé : Arnaldi)

A. Bailly, Dictionnaire grec-français, Paris, 1894 ; nombreuses rééd.

A. Bartal, Glossarium mediae et infimae Latinitatis Regni Hungarii, Leipzig, 1901 ; reprint Hildesheim, 1970. (en abrégé : Bartal)

Fr. Bausi, Nec rhetor neque philosophus. Fonti, lingua e stile nelle prime opere latine di Giovanni Pico della Mirandola (1484-87), Florence, Olschki, 1996. (en abrégé : Bausi)

A. Blaise, Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, Strasbourg, 1934 ; plusieurs rééd. Turnhout, avec Addenda et corrigenda. (nous avons utilisé la rééd. de 1986 ; en abrégé : Blaise I)

A. Blaise, Lexicon Latinitatis Medii Aevi praesertim ad res ecclesiasticas investigandas perti-nens. Dictionnaire latin-français des auteurs du Moyen-Âge, Turnhout, 1975. (en abrégé : Blaise II)

J. Chomarat, La langue de Bovelles, dans Etudes de linguistique générale et de linguistique latine offertes en hommage à Guy Serbat, Paris, 1987, pp. 129-144. Texte repro-duit dans Mots et croyances. Présences du latin II, Genève, 1995, pp. 169-184 (Travaux d’Humanisme et Renaissance, no 289).

A. Clot, Soliman le Magnifique, Paris, 1983. (en abrégé : Clot)

Dictionnaire de la Bible, t. I, Paris, 1895. (en abrégé : Dict. Bible)

Dictionnaire d’Histoire et de Géographie Ecclésiastiques, Paris, en cours de publication depuis 1912. (en abrégé : D.H.G.E.)

Dictionnaire de Théologie Catholique, 15 vol. + Tables, Paris, 1903-1972. (en abrégé : Dict. Théol. Cath.)

Du Cange, Glossarium mediae et infimae Latinitatis, 1ère éd., 1678 ; revisions en 1733, 1766, 1840-1850. (en abrégé : Du Cange)

Du Fresne & Du Cange, Glossarium mediae et infimae Graecitatis, 1ère éd., 1688 ; réim-pressions en 1905 et 1943. (en abrégé : Du Fresne & Du Cange)

Encyclopédie du Protestantisme, Paris-Genève, 1995.

H. Estienne (Stephanus), Thesaurus Graecae linguae, Paris, 1572 ; plusieurs rééd. (nous avons utilisé la rééd. en 8 vol. de Paris, Didot, 1831-1865).

Ae. Forcellini, Totius Latinitatis Lexicon, Padoue, 1771 ; rééd. en 4 vol., Schneeberg, 1831-1835. (en abrégé : Forcellini)

J. W. Fuchs (et alii), Lexicon Latinitatis Nederlandicae Medii Aevi, 8 vol., Amsterdam, puis Leiden, Brill, 1970-2005. (en abrégé : Fuchs)

M. Furno, Le Cornu Copiae de Nicolò Perotti. Culture et méthode d’un humaniste qui aimait les mots, Genève, Droz, 1995 (Travaux d’Humanisme et Renaissance, no 294), particulièrement pp. 211-220. (en abrégé : Furno)

F. Gaffiot, Dictionnaire Latin-Français, Paris, 1934 ; nombreuses rééd., particulièrement édition revue et augmentée sous le titre « Le Grand Gaffiot », Paris, 2000. (en abrégé : G. ou Gaffiot)

R. Hakamies, Glossarium Latinitatis Medii Aevi Finlandicae, Helsinki, 1958 (Documenta Historica, quibus res nationum septentrionalium illustrantur edidit Academia Scientiarum Fennica, X). (en abrégé : Hakamies)

F. Hitzel, L’Empire ottoman (XVe-XVIIIe siècles), Paris, 2001 (coll. « Guides Belles Lettres des civilisations»).

R. Hoven, Essai sur le vocabulaire néo-latin de Thomas More, dans Moreana, vol. 35, no 135-136 (1998), pp. 25-53.

J. IJsewijn, Cauletum : les choux d’Érasme et d’Horace, dans Moreana, vol. 20, no 78 (1983), pp. 17-19.

J. IJsewijn, Companion to Neo-Latin Studies, Amsterdam, 1977 ; rééd. revue et aug-mentée, 2 vol., Louvain-Leuven, 1990 et 1998 (avec la collaboration de D. Sacré pour le t. II).

K. Isacson, A Study of Non-Classical Features in Book XV of Olaus Magnus’ Historia de Gentibus Septentrionalibus, dans Humanistica Lovaniensia, XXXVIII (1999), pp. 176-199.

G. W. H. Lampe, A Patristic Greek Lexicon, Oxford, 1961.

R. E. Latham, Revised Medieval Latin Word-List from British and Irish Sources, Londres, 1965. (en abrégé : Latham I)

R. E. Latham (et alii), Dictionary of Medieval Latin from British Sources, Londres, en cours de publication depuis 1975. (en abrégé : Latham II)

Lexikon für Theologie und Kirche, 10 vol. + Tables, Fribourg-en-Brisgau, 1957-1967. (en abrégé : Lex. f. Theol. u. K.)

H. G. Liddell, R. Scott & H. S. Jones, A Greek-English Lexicon, Oxford, 1925 ; plusieurs rééd.

R. Mantran (éd.), Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard, 1989. Mittellateinisches Wörterbuch, Munich, en cours de publication depuis 1967. (en abrégé : Mittellat.)

K. A. Neuhausen & E. Trapp, Sprachliche und Sachliche Bemerkungen zu einer Neuen Ausgabe des Cyriacus von Ancona (I), dans Humanistica Lovaniensia, XXXII (1983), pp. 45-74. (en abrégé : Neuhausen & Trapp)

J. F. Niermeyer, Mediae Latinitatis Lexicon minus, Leiden, Brill, 1976 ; 2e éd., 1984. (en abrégé : Niermeyer)

Novum Glossarium Mediae Latinitatis ... edendum curavit Consilium Academiarum consociata-rum, Copenhague, en cours de publication depuis 1957. (en abrégé : Novum Glossarium)

Oxford Latin Dictionary, Oxford, 1982.

M. Plezia, Lexicon mediae et infimae Latinitatis Polonorum, Varsovie, en cours de publication depuis 1953. (en abrégé : Plezia)

M. Puelma, Spectrum. Probleme einer Wortgeschichte vom Altertum zur Neuzeit, dans Museum Helveticum, 42 (1985), pp. 205-244 et 43 (1986), pp. 169-175. (en abrégé : Puelma)

S. Rizzo, Il Lessico filologico degli Umanisti (Coll. Sussidi eruditi, no 26), Rome, 1984. (en abrégé : Rizzo)

R. J. Schoeck (et alii), A Step toward a Neo-latin Lexicon: a First Word-list drawn from Humanistica Lovaniensia, dans Humanistica Lovaniensia, XXXIX (1990), pp. 340-365 et XL (1991), pp. 423-445.

P. Sella, Glossario Latino Emiliano, Cité du Vatican, 1937 (Studi e Testi, 74). (en abrégé : Sella I)

P. Sella, Glossario Latino Italiano. Stato della Chiesa-Veneto-Abruzzi, Cité du Vatican, 1944 (Studi e Testi, 109). (en abrégé : Sella II)

D. Shaw, ‘Ars formularia’: Neo-Latin Synonyms for Printing, dans The Library, Sixth Series, vol. 11 (1989), pp. 220-230. (en abrégé : Shaw)

A. Souter, A Glossary of Later Latin to 600 A.D., Oxford, 1949 ; reprint 1997. (en abrégé : Souter)

L. Spitzer, Zu Pontans Latinität, dans Romanische Forschungen, t. 63 (1991), pp. 61-71. (en abrégé : Spitzer)

H. Stephanus : v. H. Estienne.

Thesaurus linguae Latinae, Leipzig et Stuttgart, en cours de publication depuis 1900 (lettres A-M, O, P partim). (en abrégé : Thesaurus)

H. Vredeveld, The Word « anormis » in Erasmus’ De praeparatione ad mortem, dans Humanistica Lovaniensia, XXXVII (1988), pp. 265-266. (en abrégé : Vredeveld)

H. Widmann, Die Übernahme antiker Fachausdrücke in die Sprache des Frühdrucks, dans Antike und Abendland, 20 (1974), pp. 179-190. (en abrégé : Widmann)

E. Wolff, Mots rares et mots nouveaux dans les ‘Colloques’ d’Érasme, dans Revue des Études latines, 69 (1991), pp. 166-186.